Bibliothèque de la Pléiade : Jean d’Ormesson et pas Curzio Malaparte

Texte écrit début janvier 2018

Nota : The Villa Malaparte’s picture in the banner of this post is my property (Taken by myself on the 16th of August 2011) © Carole DARCHY

Je ne suis pas l’actualité. Je vis hors de l’instantanéité, sans poste de télévision, sans radio, sans journaux, sans magazine. Je vis dans une espèce de retirement intense ! J’ai trois wagons de retard … mais peu m’importe !

J’ai même arrêté depuis septembre 2017, d’écouter la seule source d’information que je tolérais : France Culture.  J’ai décidé également de censurer cette unique et courte page d’actualité, le matin à 6H qui ne me correspondait plus.

Entre le travail et mes pages d’écriture, l’interstice est devenu si ténu que j’ai pris la décision de fuir l’information. J’ai banni de mon monde, tout flux d’information, hormis des rubriques très spécialisées qui rentre dans mon cadre de travail.

Vous n’allez sans doute pas me croire, mais j’ai seulement appris le décès de Jean d’Ormesson et du même coup celui de Johnny Halliday à Noêl…. C’est vous dire à quel point je me suis résignée à sciemment ne pas lire, ne pas me renseigner sur l’actualité.

Oui, car c’est ma soeur qui m’a appris la disparition de Jean d’Ormesson. Et du coup, en dérogeant à ma règle, j’ai appris la disparition de Johnny Hallyday et tutti quanti …

En écrivant ainsi, vous allez me dire que je mets ces 2 personnes sur le même plan, dans un certain sens…. Certes entre Johnny et Jean d’Ormesson, il y a une différence, … mais pas si grande finalement !

Je dois reconnaître que ces disparitions, même si elles sont tristes dans l’absolu, ne me font ni chaud ni froid. J’abandonne donc là, Johnny Halliday, chanteur à succès, mais dont la musique ne m’a jamais touchée. Je n’aime pas la “variété”. Je ne retiens que Serge Gainsbourg, qui n’a rien à voir avec la variété et qui savait parfaitement que ses chansons relevaient d’un “art mineur”.

*****

Mais je veux revenir à Jean d’Ormesson.

Ma soeur m’a donc parlé du très beau discours d’Emmanuel Macron sur Jean d’Ormesson : Déjà, je ne comprends pas : Qu’a fait Jean d’Ormesson pour avoir un hommage national en présence du Chef de l’Etat aux Invalides ???

Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond ! Autant je comprends qu’on rende hommage à Simone Veil… Mais des obsèques aux Invalides pour Jean d’Ormesson, les bras m’en tombent …

Le tweet d’Emmanuel Macron suffisait amplement pour un hommage.

Capture d_écran 2018-01-21 à 20.25.55

J’ai alors regardé la vidéo et effectivement, notre président présente une jolie synthèse de cet écrivain. Emmanuel Macron a une belle plume !  Le mot “clarté”, les références à la Méditerranée sont parfaites. Certes, je reconnais volontiers que Jean d’Ormesson est un esprit brillant : Normalien, immensément cultivé, subtil, talentueux…. Il a eu LA vie idéale : Aucun souci matériel, uniquement de la facilité, de l’aisance, de l’intelligence, une vie rêvée dans des hôtels particuliers, le succès littéraire, … et enfin, une mort parfaite et rapide !

C’est rare d’être comblé à ce point de son vivant ! Et Jean d’Ormesson le savait parfaitement !

C’était un séducteur hors pair, et il savait charmer son public et les femmes. Lorsque j’étais enfant, je regardais volontiers l’émission “Apostrophe” de Bernard Pivot avec ma grand mère et j’avoue que lorsqu’il y participait, il y était toujours brillant. Il illuminait le monde partout où il passait. “Epatant” lui allait bien. Cet adjectif était d’ailleurs un de ses petits tics de langage. J’avoue que sa manie de nourrir ses phrases, toutes les 2 minutes par des citations m’agaçait un peu. Je lui reconnais néanmoins son amour pour Chateaubriand et lui suis sincèrement reconnaissante d’avoir fait entrer à l’Académie Française la première femme : Marguerite Yourcenar : un écrivain digne de ce nom !

Et puis c’est vrai que François Mitterrand a convié Jean d’Ormesson, au Palais de l’Elysée pour s’entretenir avec lui, deux heures avant de quitter définitivement ce lieu et remettre le pouvoir à Jacques Chirac en Mai 1995.

Mais je ne suis mais vraiment pas d’accord avec Emmanuel Macron quand il parle de “l’oeuvre” de l’écrivain ou qu’il le qualifie de grand écrivain, ou parle de “profondeur” !

Je suis désolée d’écrire cela et je vais choquer certainement beaucoup de monde parmi les bien-pensants qui nous imposent cette doxa, comme unique vérité mais je réduis personnellement les livres de Jean d’Ormesson à de la littérature de gare, voire de plage. Elle a sûrement fait le bonheur d’une multitude de lecteurs, dans leur transport quotidien ou au bord de la mer ….

J’ai bien tenté de feuilleter quelques pages des livres de Jean d’Ormesson, dans des librairies, mais, JAMAIS, je n’ai été tentée de lire un seul de ses livres car ils ne comportent pas assez d’intensité. Déjà, les titres sont d’une banalité déconcertante  : L’amour est un plaisir, Au revoir et merci, Voyez comme on danse, C’était bien,…. Je ne trouve rien de bien “profond” dans tout cela !

Pour être un vrai et un grand écrivain, il faut avoir l’esprit torturé et pas seulement l’esprit semé parfois par le doute. La vie comblée de Jean d’Ormesson a constitué une impossibilité à sa qualité de grand écrivain : Il y a là une contradiction évidente !

Cet écrivain, à la mode, au succès facile, qui n’a connu que le luxe, qui n’a vécu que dans un monde soyeux, narrait certes bien le plaisir, mais relève de la superficialité et de la platitude. Ses livres ne sont qu’une morne plaine illuminée par le bonheur, mais sans aucun relief, sans aspérité.

Si cet homme a été comblé par la vie,  il ne le sera pas par la mort à mon avis !

Jamais, Jean d’Ormesson demeurera un “grand écrivain”, dans la durée. Jamais il ne traversera les siècles, ni même les décennies. Il va sombrer tel un “tweet” dans l’oubli et cela, très rapidement. Ses nombreux romans, qui n’ont rien d’une Oeuvre (Comme le dit E.Macron) vont se déverser dans les oubliettes de tous ses châteaux !

*****

Mais j’ai failli bondir au plafond, en découvrant à Noël, que Jean d’Ormesson a réussi à rentrer dans la Bibliothèque de la Pléiade, et ce, de son vivant !!!! Je suis estomaquée ! Je crois être en plein cauchemar !

D’Ormesson dans la Pléiade : Je me pince la main, tant c’est INCROYABLE … mais malheureusement c’est la réalité ! Les Editions Gallimard se discréditent par ce geste …. Un remerciement pour les nombreux succès commerciaux ?

Réalisez !!!!  Jean d’Ormesson a été publié, de son vivant, dans la Bibliothèque de la Pléiade alors que le plus grand des écrivains italiens et je dirais même, le plus grand écrivain européen, qu’est Curzio MALAPARTE, n’y est toujours pas : Cela relève de l’inconvenance la plus haute.

Je ne comprends pas !

Quand est-ce que les Editions Gallimard, cette maison d’édition si prestigieuse, va-t-elle ENFIN se décider à faire rentrer Curzio Malaparte, écrivain européen génial,  personnage complexe et hors du commun, magistral, intense, dans la Bibliothèque de la Pléiade ???? 

Lisez donc et relisez donc : La Peau, Kaputt, Journal d’un Etranger à Paris, Technique du coup d’Etat,  Monsieur Caméléon, … UNIQUEMENT DES CHEFS D’OEUVRES ! 

Lire Kaputt et La Peau m’ont transformée, m’ont renversée. Vous ne pouvez pas sortir indemnes de ces deux livres qui :

  • vont vous déchirer les tripes par leur style puissant,
  • faire flancher les plus solides par leur cynisme inégalé, la brutalité déchirante mais bien réelle des scènes d’une violence inouïe
  • Vont vous révéler des pans de la seconde guerre mondiale : une description de la tragédie qui se déroule sous ses yeux, sans la moindre complaisance !

Malaparte excelle dans la description du chaos, de l’effroi !

Bertrand Poirot-Delpech, faisait référence, dans Le monde en 1987, lors de la commémoration des 30 ans de la disparition de C.Malaparte, aux peintres les plus sombres, pour décrire les écrits de Malaparte, : Bosch, Goya …. 

 Il y avait du Bosch dans les fresques de Kaputt ; il y a dans La Peau, un Goya de la misère napolitaine, enfin débarrassée du stéréotype des draps aux fenêtres, des chants joyeux, des espiègleries, des arlequinades. 

Rendez vous au Musée du Prado pour scruter le Jardin des délices (peint aux alentours de 1505) par J.Bosch ; Effectivement, vous aurez un avant goût de ce que vous trouverez dans les pages de Malaparte :

détail jardin delices Bosch

Détail du “jardin des délices” de Bosch (environ 1505)

Et puis, Curzio Malaparte possède ce don, a eu cette clairvoyance, cette lucidité inégalée tout d’abord, dans Monsieur Caméléon, où il décrit dès 1929, Mussolini comme un “César à quatre pattes” ! Puis deux ans après, en 1931, dans Technique du coup d’état, il consacre un chapitre entier à Hitler : “Hitler, une femme”. Il le dépeint avant tous, comme un dictateur, il alerte sur sa folie !

“Soumise à une discipline de fer, écrasées par la volonté tyrannique de leur chef, qui se déclare infaillible et qui exerce, au sein du parti, une dictature inexorable, les troupes d’attaque hitlériennes ne sont pas l’armée de la révolution nationale du peuple allemand, mais l’instrument aveugle des ambitions d’Hitler.”

Technique du coup d’état, Grasset, 1931, Traduction Juliette Bertrand

Ce livre lui vaudra d’être emprisonné puis mis sous résidence surveillée pendant 5 ans, dans l’île italienne de Lipari !

Curzio Malaparte incarne la vraie prise de risque dans l’écriture. C’est un visionnaire, et de surcroît un pur européen avant l’heure ! Certes, son parcours a été un peu sinueux, mais l’homme est littéralement fascinant, extravagant, brillant !

Curzio Malaparte

Curzio Malaparte, Photo de Guglielmo Coluzzi (1956)

Jean d’Ormesson pour écrire, blablatait, se répandait dans les cercles mondains, sous le soleil de la Méditerranée, dans ses châteaux ou sur les pistes de ski ! Je découvre que Jean d’Ormesson avait également la nationalité libanaise : encore un somptueux et prestigieux cadeau, offert par le général Aoun, car l’écrivain s’est rendu au Liban pendant l’embrasement de ce pays…

Mais y a-t-il pris les armes ?

*****

Je suis heureuse de lire Pierre Jourde, cité dans le blog “Les grands livres” de Didier Jacob : La pléiade, c’est mon Nobel !

Visiblement je ne suis pas toute seule à être très perplexe sur l’entrée de d’Ormesson dans la Pléiade et à réclamer l’entrée de Curzio Malaparte dans la Bibliothèque de la Pléiade !

Difficile de s’ériger en juge en cette matière. Jean d’Ormesson est un écrivain respectable d’un âge respectable, ce qui en fait a priori un candidat pour une Pléiade anthume. Mais enfin l’honneur rarissime qui consiste à être pléiadisé de son vivant (ou encore chaud) n’a été réservé qu’à quelques très grands : Kundera ou Jaccottet. M. d’Ormesson est immortel académiquement parlant, certes. Son oeuvre, elle, vivra-t-elle dans un siècle ? On peut en douter. Il y avait peut-être d’autres urgences : l’Italie moderne est très peu représentée. Pourquoi pas Malaparte, Tabucchi, Moravia ? Et ailleurs, Garcia Marquez, Cortazar, Gombrowicz ? Et en France Vialatte ou Michon ?

Pierre Jourde

*****

Mais Curzio Malaparte n’est toujours pas dans la Pléiade ! Et il n’y a toujours pas de rue MALAPARTE à PARIS, lui qui aimait tant la France. 

Il aura fallu que je renomme ce petit bout de rue où j’habite : entre la rue Bonaparte et la rue Madame : Rue MALAPARTE, pour le célébrer, à ma manière.

*****

Enfin, Malaparte n’est pas seulement un écrivain hors du commun,  rendez vous à Capri, allez voir la Villa Malalaparte, sa maison :  ce bijou architectural, cette “Casa come me”, création et reflet de Malaparte ! Il l’a conçue à son image : pleine de contradictions, majestueuse, solaire depuis l’extérieur, glaciale à l’intérieur ! 

Lisez Malaparte : A house like me  de Michael Mcdonough.

Je ne peux m’empêcher pour terminer, de renvoyer à un joli article d’Herbert Muschamp (1947 – 2007) paru en 1996 dans le New York Times : The prisoner of beauty

Textes protégés  par Copyright : 2010-2018 © Carole Darchy