A la conquête de la Villa Malaparte

My blog (articles and pictures) is protected by Copyright. The reproduction, use, download, screenshot, sharing of all my pictures are strictly forbidden. 

Due to repetitive, massive thefts, misuse, improper appropriation of my pictures of Casa Malaparte, I unfortunately had no choice but to make the radical decision to spoil my pictures. 

If you want an access to my original pictures, please, contact me for a formal authorization request at carole.darchy@gmail.com. I will study the requests on a case-by-case basis but I will be highly selective

I may approve requests coming from sites of first order, enhancing the aesthetic and beauty of Casa Malaparte or coming from private people, enraptured, fascinated by Curzio Malaparte’s work and Villa. 

Requests to publish on any social media will be rejected. 

*****

A la conquête de la Villa Malaparte

En cette mi-août italienne, au petit matin, installée sur la Terrasse de l’Infini de la Villa Cimbrone, alors que les ombres des statues n’existaient pas encore, je feuilletais les pages blanches de mon almanach amoureux.

Pour combler ce vide, ce tonneau des Danaïdes, cette absence, ces pertes, mon inexistence, il me fallait lier deux points, relier dans la solitude, les deux plus beaux endroits au monde, à mes yeux, en vivant mon rêve, en dérobant au temps ma vie rêvée : Voler depuis la Terrasse de l’Infini et rejoindre la Villa Malaparte.

*****

Afin d’avoir ces deux endroits magiques, désirés, pour moi seule,

  • puisqu’aucun homme ne souhaitait me suivre dans ma folie douce et si belle,
  • puisqu’aucun n’avait l’intelligence de me comprendre, de me prendre, de venir à ma rencontre,

il me fallait m’y télé transporter.

L’hélicoptère, seul, avec ses pales aiguisées, saurait trancher, fendre l’air, pour dessiner ce sentier aérien, que je désirais, dont je rêvais et lui seul m’offrirait ce vol stationnaire pour embrasser, contempler la Villa Malaparte et le paysage conçu par cet écrivain.
*****

La mort s’était répandue autour de moi, cette année, envahissant ma vie comme une nappe de pétrole. Désormais, la mort ne me suivait plus, mais était bien là, face à moi, et je l’apercevais au loin qui, doucement, me guettait, et venait déjà à ma rencontre, en me tendant la main.

Pour ralentir le temps, l’abolir, suspendre ma chute vertigineuse, il me fallait m’envoler, sans attendre, dès cet été.

*****

J’avais choisi le petit matin. Il était la garantie de ma solitude, qui me comblerait, me ferait atteindre ce sommet du désir, qui me taraudait depuis plusieurs années.

A 6H50, au moment précis où le soleil frappait les statues et leur donnait vie en projetant leur ombre sur le sol, j’étais allée jauger l’horizon depuis la Terrasse de l’Infini.

P8170889

P8170893

P8181156

p8181160-infinity-terrace-at-dawn-swimminginthespace

P8170932

Le bleu du ciel se noyait dans le bleu de la mer. L’horizon était aboli.

La journée s’annonçait belle.

*****

J’ai vite interrompu le pilote qui commençait à me faire voir sur la carte, le trajet touristique qu’il me proposait.

Non, je ne voulais surtout pas entendre parler :

– d’Amalfi et de ses croûtes artistiques,

– de Positano célèbre pour sa dentelle crochetée, représentant tout le mauvais goût de l’Italie,

– du tour de Capri dont l’intérêt était nul à mes yeux, hormis la divine Villa Malaparte et son paysage

Comment lui expliquer que mon vol ne relevait en rien du tourisme, mais d’un voyage que j’écrivais, d’une quête, d’un désir ancré au plus profond de ma personne, d’une petite mort ?

Comment lui expliquer la beauté des pages de Malaparte qui décrivent le paysage ? Comment lui expliquer que je passais mes journées et mes nuits à scruter les ombres sur la Terrasse de l’Infini, à me perdre dans la découpe parfaite de l’escalier de la Villa Malaparte ? Comment lui expliquer l’idée de relier ces deux points ?

Comment lui expliquer l’inexplicable ?

J’ai du adopter un phrasé directif et un ton déterminé. Par inquiétude, il aura fallu que je m’y prenne à plusieurs reprises, que je me répète pour qu’il comprenne ma demande déroutante : relier ces deux points que sont la Terrasse de l’Infini et la Villa Malaparte.

Seuls les deux points magiques – la terrasse de l’Infini et la villa Malaparte – et le tracé le plus direct, le plus intense possible, entre eux deux, m’importaient.  

Nous avons pu décoller, lorsque j’eus acquis la certitude qu’il avait compris ma demande, qu’il la respecterait et que toute inquiétude, toute mauvaise tension avaient quitté mon corps et mon esprit.

*****

L’air du film de Godard, « le mépris », trottait dans ma tête ;

Enfin, je flottais devant cette Terrasse de l’Infini, fermée au public à cette heure.

Je voyais le côté face de cette terrasse, avec les bustes qui étaient prêts à se jeter dans le vide. Le temps n’existait plus. J’étais en pleine extase devant tant de beauté, en nageant littéralement, dans l’espace.

P1080683 (2)

P1080681

J’étais stationnée, en plein vide, admirant cette falaise vertigineuse dont la fragilité, le silence, me renversaient littéralement. Après dix minutes, nous avons filé pour Capri.

Je connaissais chaque coin, recoin de cette côte que nous longions ; très vite, nous avons vu Capri et les splendides rochers des Faraglioni. De très loin, le point rouge intense de la Villa Malaparte était visible.

P8160699

capri-faraglioni-villamalaparte (1)

P8160724 (2)

IMG_0204

IMG_0157

IMG_0496

Ce fil se déroulait, s’écrivait, se lisait. Je me répétais à l’infini les phrases de Malaparte, écrites dans “la Peau”, et qui relatent la visite de sa maison par le maréchal Rommel :

« Un jour, à Capri, ma fidèle « House-keeper », Maria, vint m’annoncer qu’un général allemand, accompagné de son aide de camp, était dans le hall, et désirait visiter la maison. …

J’allai donc au-devant du général allemand et je le fis entrer dans ma bibliothèque. C’était le maréchal Rommel. …

Je l’accompagnai d’une pièce à l’autre dans toute la maison, de la bibliothèque à la cave, et lorsque nous revînmes dans l’immense hall aux grandes baies ouvertes sur le plus beau et le plus pur paysage du monde, je lui offris un verre de vin du Vésuve, provenant des vignobles de Pompéi. …

Il but d’un trait, puis, avant de s’en aller, me demanda si j’avais acheté la maison toute faite, ou si je l’avais construite moi-même. Je lui répondis – et ce n’était pas vrai- que j’avais acheté la maison toute faite.

Et lui montrant d’un geste lent et large, la paroi à pic de Matromania, les trois gigantesques rochers des Fariglioni,

la péninsule de Sorrente, les îles des Sirènes, le bleu, le vert et le pourpre de la côte d’Amalfi, et là-bas, au loin, l’éclat doré du rivage de Paestum, je lui dis :

– Moi, je n’ai dessiné que le paysage. »

IMG_1160

IMG_0163

P8160763 (1)

P8160764__1_

IMG_0446

IMG_0485 (1)

Une chaise longue plantée, seule, au bord du toit terrasse, semblait m’attendre. Les couleurs des fonds marins, bleus verts tranchaient avec la couleur rose sienne des murs de la Villa.

P1080597

J’ai pu contempler les vastes baies vitrées, l’escalier qui descend à la mer, la virgule plantée sur le toit, l’escalier à la découpe extraordinaire, que je n’avais jamais vu dans son entièreté.

IMG_0250 (1)

La villa était ouverte et quelques hôtes, sans doute des étudiants en cinéma ou architecture, y demeuraient, le temps de ce mois d’août.

Pourquoi, oui pourquoi, ne pas avoir embrassé l’une de ces deux voies pour y séjourner ?

Car mon désir d’avoir survolé au plus près, la divine villa et les paysages malapartiens, étant assouvi, il me faudrait l’approcher encore plus près, l’atteindre, la toucher, y fouler mon pied, pour la posséder, la faire mienne, quelques instants hors du temps.

Durant le vol retour, j’ai pu admirer les courbes du Vésuve. Le pilote m’a proposé de survoler Pompéi. L’idée était bonne, mais ce serait pour une autre fois. Il m’est impossible de mélanger des rêves.

Il fallait terminer de tracer ce rêve et regagner cette place forte, telle une ville médiévale, qu’est l’Hôtel Villa Cimbrone.

P8160814

P8160797

J’avais enfin écrit, ce trait d’union, entre les deux plus beaux endroits au monde, entre ces deux merveilles architecturales, improbables, érotiques, littéraires, cinématographiques, entre l’infini et le désir, deux mots qui s’accouplent de manière sublime.

La Terrasse de l’Infini commençait à être envahie. Nous étions revenus à temps pour échapper au flot touristique et rejoindre ma chambre 14 et sa terrasse, dont la forme avait été dessinée pour ressembler, au plus près, à celle de la Terrasse de l’Infini.

P8150618

Textes protégés et images protégées par Copyright : 2010-2018 © Swimming in the Space

Le ryokan Tawaraya à Kyoto

Pour terminer mon séjour printanier au Japon, j’ai décidé de retourner passer deux jours dans le ryokan TAWARAYA, un endroit exceptionnel où il faut absolument se rendre au moins une fois dans sa vie. Pour ne pas perdre une minute de mon séjour, j’arrive pile à 15h, heure à partir de laquelle les chambres sont accessibles.

Les couloirs sont  toujours aussi sombres et vides. Ils sont éclairés par des lampes basses disposées devant des paravents. Je ne croise aucun hôte.

Lorsque je suis rentrée dans ma chambre, j’ai eu le sentiment que le temps était suspendu. Le jardin japonais semblait figé hors du temps. La mousse vert macha magnifie le jardin.

Photo Carole DARCHY- Mars 2017 - Jardin de la suite SAKAE - Ryokan TAWARAYA - KYOTO JAPON - Reproduction interdite

Photo Carole DARCHY- Mars 2017 – Jardin de la suite SAKAE – Ryokan TAWARAYA – KYOTO JAPON – Reproduction interdite

Chaque brin  d’herbe semble avoir été taillé à bon escient. Rien ne semble laissé au hasard, même cet oiseau qui vient boire à la fontaine.

Le dépouillement de ma chambre magnifie la tranquillité et conduit à la sérénité. Un rouleau de calligraphie et un minuscule vase avec une fleur de camélia sont disposés dans le tokonoma, petite alcôve.

L’heure du bain japonais arrive vite. Une spacieuse baignoire en cyprès remplie à ras bord m’attend. Des couvercles en bois sont disposés dessus, afin de conserver la chaleur de l’eau. Je me délasse dans l’eau et profite de ce moment privilégié.

Le diner est servi à 18h, dans ma chambre. Il s’agit d’un kaiseki, succession de 6 à 8 petits plats à la décoration exquise.  La disposition des mets est tout aussi importante que le goût des aliments précieux. KAZU, ma fidèle femme de chambre qui me sert mon diner m’explique en détail la composition de chaque plat. Le kaiseki se termine par du riz, au cas où l’hôte aurait encore faim.

Peu après le diner terminé, KAZU prépare mon futon. Demain, la journée me permettra de voir les premiers cerisiers en fleurs, et célébrer le renouveau du printemps.

Exposition vente de photos au profit de Solidarité Enfance Asie

Bonjour,

Nous vous invitons à découvrir une sélection de photographies sur le thème « Enfants du Népal ». Le vernissage aura lieu le jeudi 7 novembre à partir de 18h. 

Une partie de la vente des photographies, sera versée au profit de Solidarité Enfance Asie (SEA). Ces photographies ont été prises par Elias SFAXI, lors de son séjour à Katmandou, en avril et mai 2013, au sein de notre petite association Solidarité Enfance Asie

Elias a eu l’opportunité de faire de très jolis clichés d’enfants népalais et de leur environnement (Home, Ecoles à Katmandou, Ecole publique Shree Liti à Dhading, ..).

Si vous ne pouvez pas venir au vernissage, l’exposition dure jusqu’au 22 novembre, à l’atelier Sfaxi,  22 rue de l’exposition, 75007 Paris (Métro Ecole Militaire)

Venez nombreux !

Bien amicalement,

Carole, sea-nepal.org

Invitation-SEA-07112013

Souvenirs de Laqlouq : Le taboulé de Thérèse

Je tournais sur moi-même, comme une enfant. Comment imaginer la vie devant le paysage qui s’offrait à moi ? Des pierres blanchies, chauffées par le soleil ; quelques points de verdures, des ronces, des oliviers, çà et là. Le Mont-Liban érodé par les amplitudes thermiques, la fonte des neiges, le vent glacé ou alors chaud, mais désertique quoi qu’il en soit ! Laqlouq-liban-paysage lunaire-swimminginthespace-août 2012

*****

A 7 heures du matin, j’accompagne Thérèse au potager, dans ce coin vert, près de la source de vie: une oasis de verdure dans cette aridité. La lumière fait que les couleurs sont sublimées, la relative tiédeur exhale le parfum des herbes aromatiques ! Elle est fière et toute heureuse de me le faire visiter : Avec son accent libanais si spécial, qui roule les r et avale les a, elle me livre le secret de fabrication de son taboulé !

Source-liban-montagnes

Nous cueillons une cinquantaine de branches de persil plat. il faut choisir les plus belles branches, car le persil représente les trois quarts des ingrédients. Thérèse se débarrasse sur place des tiges, pour ne garder que les plus belles feuilles. Puis elle cueille la menthe fraîche, une bonne vingtaine de feuilles.

A l’ombre d’un vieux mur en pierres, grimpent les plans de tomates : deux grosses tomates rouge sombre, recouvertes encore d’un voile de rosée, sont déposées dans le panier. Une petite dizaine d’oignons blancs, tout frais, magnifient la recette de Thérèse. Ils représentent sa touche personnelle en quelque sorte.

Thérèse, qui a un visage taillé à la serpe, me regarde d’un air malicieux : au travail maintenant …

Monastère de la Nativité - Laqlouq- swimminginthespace

*****

Nous revenons à la cuisine, pour couper en fines lamelles et en dés, le fruit de la cueillette. Un peu hors du temps, ce labeur me semble durer une éternité. Quand il s’agit de travailler manuellement, je suis obligée de m’appliquer, d’aller tout doucement tant je suis maladroite. J’envie la dextérité de Thérèse à manier les couteaux affûtés et à faire de tous ces légumes un parterre de dentelles ! Le persil, la menthe, les oignons et tomates, taillés si fins, et avec tant d’amour, sont paradoxalement réduits idéalement pour développer un maximum de saveurs.

Pendant que je m’efforce de découper, Thérèse est partie dans l’arrière cuisine. Elle revient déposer sur la table vert persil, trois gros citrons, et un bol d’eau où une poignée de blé concassé s’attendrit.

Un gros saladier ancien, attend les ingrédients : le blé est déposé au fond, puis les herbes vertes, les oignons qui m’ont fait pleurer et enfin les tomates en dés… Thérèse saisit une cuillère à soupe qui l’aide le plus efficacement possible, c’est incroyable,  à presser les citrons bien juteux coupés en deux. Le jus récolté est harmonieusement versé sur le taboulé. Le saladier est mis au réfrigérateur. A 12h, alors que l’angélus sonne, Thérèse sort le saladier. La table est dressée pour les quatre convives. Un filet d’huile d’olives de la maison est versé juste avant de mélanger le taboulé. Quel délicieux souvenir que le taboulé de Thérèse !

Le meilleur du Japon à Paris – 6ème arrt

Nota : La photo en bandeau de cet article m’appartient : il s’agit de l’entrée du Ryokan TAWARAYA, à Kyoto, Japon – Photo de février 2005 – Reproduction interdite

Un paradoxe que de retrouver le Japon, du côté de chez Proust, près de la rue Malaparte. Oui, car le meilleur du Japon à Paris, a la réputation d’être ancré, davantage de l’autre côté de la Seine, non loin du côté de chez Swann, près du Palais Royal.

Les endroits ou instants japonais que j’élis dans le 6ème sont des lieux où j’aurais retrouvé le japon que j’aime.

Les massages de chez ASSA, dans la jolie rue Christine : 

Institut ASSA, Rue Chistine

ASSA, 8 Rue Christine

Un lieu secret, que le passant ne remarquera pas. Il faut vagabonder pour dénicher ASSA. En sonnant et poussant la porte, dès le premier coup d’oeil dans l’espace d’accueil, j’ai été conquise par l’espace épuré, la sobriété du lieu, les petits détails qui font retrouver le Japon :

– un petit tas de sel est disposé près de la porte, au sol.

– Masa prend soin des chaussures, comme de vos pieds. Des chaussons vous sont remis à votre arrivée, les chaussures sont alors rangées… Lorsque vous ressortez du SPA, vos chaussures, bien rangées, vous attendent avec une tasse d’Hojicha, disposée sur un plateau avec une théière…

– Les massages de Shiatsu sont prodigués exactement comme au japon. Le contact direct du masseur  avec votre peau est limité au minimum. Votre corps, est recouvert, non seulement par un kimono en lin et coton, mais aussi de draps et serviettes. La presso thérapie n’est nullement altérée. Les gestes précis, la pression idéale sur les points, l’ambiance zen  font que vous ressortez délié, reposé, …. 45 minutes, à une heure de bonheur et un vrai voyage au coeur du japon.

*****

Tzukizi : A prononcer le nom, j’entends le bruit des couteaux du chef, derrière le “bar” à Sushis, qui sont en train d’être acérés avant de trancher saumons, dorades, thons, seiches…. Regarder le chef au travail est un régal, … manger le sashimi qui vous est amené promptement, également.

Tzukizi, 2 bis rue des ciseaux

Tzukizi, 2 bis rue des ciseaux

L’endroit est minuscule dans la non moins étroite, rue des ciseaux. Un lieu plein de lames donc !

Et il est bien difficile d’avoir une place, tant l’endroit est fréquenté, par des japonais, les habitués du quartier …

Un seul bémol, … les poissons dans les formules du déjeuner sont certes excellents mais n’ont rien d’exceptionnels. Pour un poisson plein de goût, il faut prendre les plats à la carte.

Jugetsudo : Boutique de thé japonais

Jugetsudo, 95 rue de Seine

Jugetsudo, 95 rue de Seine

A l’angle de la Rue de Seine et des quatre vents,… Là aussi, il faut sonner pour entrer… mais vous découvrirez un espace de sérénité et pourrez déguster quelques petites tasses de thé. Ambiance japonaise garantie. De merveilleux services à thé sont disposés sur les étagères.

A noter un excellent thé en sachet  : le Mecha…. étonnant même. Puisqu’un peu de poudre de Matcha a été ajoutée aux feuilles classiques de thé vert.

the_mecha_jugetsudo

Goûtez également les petits sablés au gingembre, parfaits pour accompagner un matcha ou koicha.

Le moins : prix élevé, choix de thé restreint.

*****

Muji : les deux boutiques de la rue Saint Sulpice

Muji …. Déjà le MU est une synthèse de l’esprit japonais : Comment représenter le vide (puisque Mu signifie vide, rien….) avec un des signes les plus compliqués en japonais !!!

Muji, 27 et 30 rue Saint Sulpice

Muji, 27 et 30 rue Saint Sulpice

Et puis, les objets qu’on y trouve sont vraiment TOTALEMENT japonais…. comme :

– l’indispensable papier matifiant : 150 fines feuilles de papier pour absorber l’excès de sébum sur le nez. Vous en trouvez partout au japon ….

– le bonnet anti pluie (qui ressemble à un bonnet de douches qu’on trouve dans les chambres d’hôtel) pour protéger votre casquette de la pluie….

police 002

– la paire de gants “tactiles” pour taper des SMS sur votre iphone lorsqu’il fait trop froid ….

*****

Tanakaya, estampes japonaises, 4 rue Saint Sulpice

Le lieu était fermé dimanche, quand je l’ai découvert … Ecrin dans une boutique minuscule, avec principalement des estampes mais aussi des bibelots japonais.

Tanakaya, 1à rue Saint-Sulpice

Tanakaya, 10 rue Saint-Sulpice

*****

AOKI, Patisserie japonaise, 35 rue de Vaugirard

Les japonais ne sont pas doués pour la patisserie…. L’endroit se veut sobre et design… bien placé près du jardin du Luxembourg. Mais les produits (notamment les macarons…) manquent d’imagination et ne sont pas bons…. L’accueil n’a pas été terrible et cela est bien étonnant pour une boutique japonaise. Je n’ai peut-être pas eu de chance ….