Cantine chinoise : Yoom

– Et oui, de surcroît, Curzio Malaparte a légué sa maison, à la République Populaire de Chine, dis-je à ma soeur en descendant l’escalier de la « rue Malaparte ». villa-malaparte-mur-capri Je l’invitais à ma nouvelle cantine, place Saint Sulpice. Le restaurant Yoom avait remplacé ShanghaI Tang. Allions-nous croiser Mao ? Ou peut-être serait il allé nager à la piscine St Germain ?

Cantine Chinoise - Marc Riboud -1957

Cantine Chinoise par Marc Riboud -1957

La salle arrière, avec de hauts plafonds, était vide. Un sentiment de calme et plénitude règne dans le lieu. Le menu Dim Sum fait l’unanimité. Je saisis les baguettes avec dextérité. Le bruit des couverts sur les assiettes résonne dans cette pièce au style épuré. Yoom-place saint sulpiceAlors que ma soeur et ma nièce choisissent un thé glacé. Je reste fidèle au thé blanc d’Inde : « Au delà des brumes du ciel ».

Je propose à Pauline de m’accompagner en Inde et au Népal. Je la vois saisie d’un immense vertige, d’une détresse intense. Elle semblait au bord d’un gouffre, au dessus du vide, prête à tomber.

Ma soeur détourne la conversation d’un ton malicieux : « Elle n’a rien de populaire ta cantine. Tu as vu le prix des assiettes ! 120 euros les six … Certes elles sont originales, uniques, mais tout de même …. »

Je rétorquais, par cette contradiction, mon vécu de ce pays : « N’y a-t-il pas moins égalitaire et populaire qu’un régime communiste? Jamais je n’ai vu autant d’échelons hiérarchiques que dans les usines et entreprises chinoises. En chine, ce n’est pas un homme, une voix, mais d’une seule voix, celle du leader ! Ces assiettes me font penser à la Chine que j’aime, au mahjong, à Wong Kai-Wai, à cette activité incessante… Tu me les offriras pour ma pendaison de crémaillère ? »

*****

Le thé précieux et le voyage me mettent en lévitation. Je rêve le voyage à venir au Népal mais fais un détour par la Chine.

Je me vois flotter et regarde attablés, cinq légendes : trois disparues : Mao Zedong, André Malraux, Curzio Malaparte,  avec deux vivantes : Henry Kissinger portant ses lunettes en écaille épaisse, et Marc Riboud, ce photographe génial. Je n’arrive pas à entendre ce qu’ils disent, mais la conversation est animée.

Yoom - Maison de la Chine

Yoom – Maison de la Chine

Eux aussi ont choisi les Dim Sum de Yoom !

Bleu Piscine : Du Lotus Bleu au petit Livre Rouge

Comment ai-je connecté ces « dots », ces points qui auraient pu être des étoiles dans le ciel et représenter non pas le grand chariot ou la croix du Sud, mais mon dernier rêve qui m’a conduite en Chine. Je suis dans les étoiles.

Shanghai, midi.

Avec dans la main gauche mon Moleskine rouge, je sors du 88 Xintiandi, marche d’un pas soutenu vers la piscine de l’hôtel. J’ai besoin de me délasser. Seule dans la piscine, j’enchaîne les longueurs.

Langham - 88 Xintiandi swimmingpool
Langham – 88 Xintiandi swimmingpool

Allongée sur le transat, à moitié endormie, je me demande ce que vont donner ces retrouvailles avec Chang. Je revis la scène si étrange de l’hôtel Mandarin à Paris, où un messager est venu m’apporter l’invitation de Chang.  Et puis ces pensées s’envolent et j’aperçois le fantôme de Mao de l’autre côté de la piscine : Il me salue …

Mao Ze Dong

Mao Zedong

Je me frotte les yeux … c’est bien Mao Zedong ! Il plonge dans la piscine. Après tout, je ne rêvais peut-être pas : Mao adorait nager, au point de se faire construire une piscine intérieure, au sein de la cité interdite, et puis une également dans sa résidence près de Wuhan ! Il ne manquait pas de se faire photographier dans le Yang Tse (comme en 1966)

Le bleu de la piscine est alors, à mes yeux, aussi pur que celui de la couverture du Lotus Bleu.

La terre n’est-elle pas bleue comme une orange ?

Tintin-le-lotus-bleu

*****

J’ai diné hier au soir avec Chang. Parce que je lui avais sauvé la vie, dans une vie antérieure, Chang m’a offert un exemplaire de l’édition originale du Lotus Bleu. J’ai été saisie par cette coïncidence, comme si Chang avait pu lire mes pensées, rapprocher le bleu piscine de la couleur rouge, typiquement chinoise.

« Chang, je ne ressemble pourtant pas à Tintin… Et je ne t’ai pas sauvé de la noyade ».

Tintin sauve Tchang de la noyade - Yang tse

Tintin sauve Chang de la noyade – Yang Tse

Chang était ainsi : fidèle en amitié, depuis plus de trente ans. Alors que Cheng avait choisi des Dim Sum, je dégustais une poêlée d’endives à la Xiantiandi.

Je voyais Chang préoccupé et tentai de le distraire : « Je déteste l’amertume, sauf celle des endives ! ». Il esquissa un sourire avec sa bouche toute fine.

Tous les secrets qu’il a partagés avec moi, dont il s’est délivrés lors de ce dîner, sont lourds à porter. Je n’ai pu fermer l’oeil de la nuit. Je comprenais alors l’insistance de Chang pour que je le rencontre. Seule moi, pouvais comprendre la situation.

Délesté de ses maux, Chang me quitta vers 2h du matin, avec cette boutade : Tu as ton petit livre rouge avec toi ! Bienvenue en Chine !

« Oui, oui, merci encore pour le Lotus bleu, Chang !

« Non, je parlais de ton moleskine ! « . La porte de l’ascenseur se ferma à ce moment là.

Moleskine - Carnet- Couleur Rouge

Moleskine – Carnet- Couleur Rouge

Allongée sur le transat, à moitié endormie, je repense à la boutade de Chang, en me quittant. Et je décide de m’acheter le petit livre rouge de Mao, pour compléter le triptyque.

1964-Petit Livre Rouge - Mao Zedong

1964-Petit Livre Rouge – Mao Zedong