Le ryokan Tawaraya à Kyoto

Pour terminer mon séjour printanier au Japon, j’ai décidé de retourner passer deux jours dans le ryokan TAWARAYA, un endroit exceptionnel où il faut absolument se rendre au moins une fois dans sa vie. Pour ne pas perdre une minute de mon séjour, j’arrive pile à 15h, heure à partir de laquelle les chambres sont accessibles.

Les couloirs sont  toujours aussi sombres et vides. Ils sont éclairés par des lampes basses disposées devant des paravents. Je ne croise aucun hôte.

Lorsque je suis rentrée dans ma chambre, j’ai eu le sentiment que le temps était suspendu. Le jardin japonais semblait figé hors du temps. La mousse vert macha magnifie le jardin.

IMG_1279

Chaque brin  d’herbe semble avoir été taillé à bon escient. Rien ne semble laissé au hasard, même cet oiseau qui vient boire à la fontaine.

Le dépouillement de ma chambre magnifie la tranquillité et conduit à la sérénité. Un rouleau de calligraphie et un minuscule vase avec une fleur de camélia sont disposés dans le tokonoma, petite alcôve.

L’heure du bain japonais arrive vite. Une spacieuse baignoire en cyprès remplie à ras bord m’attend. Des couvercles en bois sont disposés dessus, afin de conserver la chaleur de l’eau. Je me délasse dans l’eau et profite de ce moment privilégié.

Le diner est servi à 18h, dans ma chambre. Il s’agit d’un kaiseki, succession de 6 à 8 petits plats à la décoration exquise.  La disposition des mets est tout aussi importante que le goût des aliments précieux. KAZU, ma fidèle femme de chambre qui me sert mon diner m’explique en détail la composition de chaque plat. Le kaiseki se termine par du riz, au cas où l’hôte aurait encore faim.

Peu après le diner terminé, KAZU prépare mon futon. Demain, la journée me permettra de voir les premiers cerisiers en fleurs, et célébrer le renouveau du printemps.

52 semaines de déambulation : Pli 3

Historiette d’une française, lors d’un de ses voyages au Japon 

Novembre 2006 :

Je suis toujours ennuyée pour répondre à la question : Quelle est ta saison préférée ?

Je réponds invariablement : tout dépend du pays. L’automne est ma saison mentale, au Japon !

Le climat y est exquis : 25° et pas de pluie. Les érables flamboient et déploient leur splendeur.

Les citrons japonais (yuzus) et  le riz viennent d’être récoltés. Je peux déguster et sentir sur mon palais ce goût si particulier du riz fraîchement récolté.

J’adore passer quelques jours à Kyoto dans ma famille d’adoption.

Je parfume mon bain. L’odeur du cyprès, de ce bois utilisé dans la fabrique des baignoires japonaises, se marie parfaitement avec celle de ces citrons étonnants.

Deux couvercles en bois, conservent la chaleur de cette eau à la douceur unique.

Lorsque je rentre le soir, je retrouve ma chambre avec le futon déployé, le tokonoma, avec son kakemono et son bouquet de fleurs de saisons. J’aime cette atmosphère feutrée, où la matière du bois a toute sa place autour des tatamis, où les jeux des cloisons coulissantes plient ou déplient ces pièces pour s’adapter à votre vie.

Les shojis de papier marouflés ont été abaissés pour obturer les vitres. La lampe, près du tokonoma donne juste ce qu’il faut de lumière. Les pièces au Japon sont plutôt naturellement sombres, et l’étage noble est le rez de chaussée, puisque c’est le royaume du jardin !

D’une certaine manière, l’ombre de l’habitat japonais, magnifie la lumière extérieure, joue avec, exactement comme Pierre Soulages fait danser la lumière sur ses toiles noires.

*****

A force de déambuler dans Kyoto, dans ses environs, la campagne, … J’avais attrapé un mal de dos violent, aigu. Ne souhaitant pas que ces douleurs intenses gâchent ces quelques jours, j’avais demandé où il serait possible d’avoir un massage de Shiatsu. Le massage au Japon, fait partie d’une bonne hygiène de vie. J’avais été néanmoins surprise de l’air ennuyé de mes hôtes.

En leur souhaitant une bonne nuit, j’avais ajouté que ce n’était pas très important et que cela irait mieux demain. Je ne souhaitais pas les mettre dans l’embarras… mais il était trop tard.

Le lendemain matin, après le petit déjeuner, en quittant la maison, j’ai pu voir mes deux hôtes littéralement affairés dans des annuaires.

Lorsque je suis passée en début d’après midi pour déposer tous mes paquets, ils m’avaient fait venir dans la petite bibliothèque et m’avaient servi un thé. Leurs visages étaient radieux pour m’annoncer qu’une kinésithérapeute viendrait à domicile, pour effectuer un massage de shiatsu.

En dégustant ce thé vert délicieux, j’ai souri et ai confirmé le rendez vous, qu’ils avaient pris pour le soir même.

Le massage s’est envolé de mes pensées. J’ai réussi à faire un saut au temple de Shisendo. J’avais pris le bus. A l’inverse de la France, le passager, paie en sortant. Son son honnêteté va de soi, pour régler le prix juste !

*****

A 18H, j’entends frapper à ma porte. Je fais entrer Mme Hatochi. Elle me remet en s’inclinant sa carte de visite, puis me montre une grille tarifaire en anglais, à l’attention des étrangers, des « gaijins ». Prudente, je choisis l’option 1 : Massage tonique de Shiatsu : 30 minutes. J’hésite un instant et opte pour la « pression forte ». Soyons fous !

 Des cloisons avaient rétréci ma chambre d’un tiers, mais me procuraient un espace convivial d’une pièce d’appoint où un futon avait été installé.

Je n’ai même pas eu le temps de me demander si je devais rester habillée, ôter tous mes vêtements, …. Mme Hatochi me remet un papier plastifié m’indiquant les consignes à suivre. Je me retire quelques instants, dans ma chambre, pour revêtir cette blouse, telle une chemise de nuit.

*****

 Allongée sur le futon, un drap est posé sur mon corps. Mme Hatochi se met à l’oeuvre.

Jamais je n’avais été massée de la sorte. De ses mains à la force de Goliath, Mme Hatochi apposait des pressions sur mon dos, dénouant, libérant les tensions,…

J’avais l’impression que de l’électricité s’enfuyait de mon corps, je devenais apaisée.

En s’attaquant à mes épaules, elle me dit qu’elles sont « stiff », raides comme du béton !

Ces 30 minutes sont passées en un rien de temps. Je me sens bien, ravie de ce massage.

Je règle Mme Hatochi et lui demande s’il est possible qu’elle revienne le lendemain, pour une séance d’une heure. Le rendez-vous est pris.

*****

Dans la foulée, je prends mon bain japonais et dîne tard à 19H30. M’est servi un Kaiseki, dans ma chambre. Les plats tout autant délicieux que splendides, d’une esthétique sans pareille, se succèdent, dans une vaisselle raffinée. Mes hôtes sont heureux de me voir aimer cette cuisine japonaise;

Après le dîner, je repense à Mme Hatochi que j’avais à peine vue. C’était une femme solide, trapue, qui tranchait avec la fragilité et la finesse des corps des japonais. Il me semble qu’elle portait une perruque.

Le lendemain, le massage a été tout aussi efficace et agréable. Mme Hatochi malaxait littéralement les muscles raidis de mes épaules.

J’ai regardé Mme Hatochi, avec plus d’attention, et lorsque je l’ai payée, j’ai alors réalisé, vu que des poils raides et drus transperçaient la peau fine de son menton. Son visage était loin d’être glabre. Sa voix aussi, sans être grave, était neutre. Ses énormes mains et ses bras courts n’avaient rien de féminin.

Mme Hatochi était un homme. C’était limpide, tout s’éclaircissait !

*****

C’était évident, je comprenais enfin l’embarras de mes hôtes : Voyageant seule, il leur avait fallu trouver une masseuse et non un masseur. Cela relevait de l’impossible, au pays du soleil levant, qu’un homme masse une femme comme moi. Cela aurait été déplacé, inconvenant.

Ce subterfuge, ce déguisement permettaient à mes hôtes de sauver la face et de m’apporter un service parfait !

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space

Jardins japonais – Kyoto

Ou les 4 jardins japonais que j’élis !

Sans aucune hésitation, indéniablement, mon jardin préféré est celui du temple de Shisendo, au nord est de Kyoto. Il se situe à la campagne. C’est sans doute, un des premiers signes de sérénité, de calme, reçu par une carte postale, qui m’a donné envie d’aller au Japon.

Shisendo est mon jardin préféré en automne : le rouge parfait des érables renvoie à ce tapis rouge, situé dans le petit temple qui domine ce jardin, fait de sable. De délicates formes : Cercles, lignes droites y sont dessinées au râteau, et apparaissent telles de fines stries.

Ce temple est un pur chef d’oeuvre de sérénité et de calme. Seul le silence est rompu, depuis des siècles, par le battement régulier du « shishi odoshi » : tube en bambou qui se remplissant d’eau, vient frapper une pierre en granit, émettant un bruit pour éloigner les daims !

shishi odoshi

Lors de ma première visite dans ce petit temple, j’avais eu la chance d’assister à une exposition d’arrangement floral (ikebana) et d’être conviée à partager le thé (matcha).

A ma deuxième visite, à un concert de koto et de shamisen :

Joueuse de koto

Le deuxième jardin n’est pas très éloigné de celui de Shisendo : le jardin du temple de Ginkaku-Ji avec son cône de sable blanc taillé au cordeau, parfait, si simple, si fragile, si dépouillé ; avec les sols de sable blanc qui permettent de magnifier la lumière du jour et celle de la pleine lune est mon jardin d’hiver préféré : une vraie splendeur de nuit !

J’avais apprécié ces enfilades de Bambous qui semblaient déboucher sur le mont Fuji !

Le troisième jardin que je retiens est celui du temple Ryôan-ji, situé au nord ouest de Kyoto. Ce jardin est intemporel. Je l’apprécie toute l’année.

Ce jardin, entouré d’un mur tel un champ, une pièce, est fait de petits cailloux et de 15 pierres date du XVème siècle. D’où que l’on soit, le visiteur voit toujours ces 15 pierres déposées mystérieusement dans ce champ de cailloux soigneusement ratissé.

Le caractère très minéral de ce jardin rompt avec toute la verdure qui l’entoure, et se présente comme un havre de paix, un havre pour se purifier, pour nettoyer son esprit de toute mauvaise pensée.

Enfin, le quatrième jardin que j’élis, est mon jardin privé, en plein coeur de Kyoto, mon jardin de verdure, en face de ma suite « sakae » de l’auberge TAWARAYA :

J’adore m’asseoir dans cette pièce sombre sur le tatami, et contempler ce jardin ensoleillé, avec sa lanterne, ses érables, sa fontaine. J’adore voir le jardin doucement évoluer, le long de la journée ; ce qui le rend unique à chaque moment de la journée, chaque fois un peu le même et à la fois si différent.

Deux oiseaux (toujours les mêmes), viennent boire en toute confiance ; cela en dit long sur la quiétude du lieu.

Tout est en ordre, tout est en paix, tout est en place.

Chaque brin d’herbe a sa place, ne semble pas être là par hasard.

Même leur longueur semble avoir été étudiée.

Tous les matins, et tous les soirs, un jardinier vient en prendre soin, comme si un plan de ce jardin avait été dessiné avec toutes les indications et renseignements sur chaque brin d’herbe, ses cailloux, l’eau de la fontaine,  jusqu’à la présence de ces deux oiseaux, qui viennent m’enchanter !

Contempler ces jardins me délasse, me met dans un état proche de l’extase, m’offre un courant « juste » et parfait, propice à la circulation de « pensées idéales », à un état d’esprit créatif optimal.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space