Alice au pays des merveilles

Jeudi,  c’était un jeudi. Le père d’Alice, tout revigoré, avait sorti la JAGUAR et la faisait chauffer. Alice était déjà installée sur la banquette arrière. Son père l’emmenait avec lui à Paris tous les jeudis. A cette époque, il n’y avait pas école le jeudi.

En une petite heure, la JAGUAR les propulsait vers la capitale. Son père avait ses rituels, ses habitudes. Le temps de l’après midi avait, toujours, le même tempo.

Il se rendait toujours en premier chez son fournisseur, rue de la Porte Dorée. Alice redoutait particulièrement cette visite, car Monsieur SULTAN, homme qui menait rondement ses affaires, ressemblait à un ogre. Lorsque elle voyait Mr SULTAN, Alice se collait contre son père, en lui serrant fort la main. Mr SULTAN semblait aboyer lorsqu’il parlait. Ce qui est somme toute, plutôt normal, lorsqu’on porte un nom de chien.

Son père faisait vite car l’après midi passait, le temps était compté ! Il sortait de son portefeuille des liasses de billets de 100 et 500 francs, lorsqu’il récupérait sa marchandise. Il savait que sa clientèle serait satisfaite.

Après, Alice savait qu’ils passeraient chez HERMES, où chaque semaine, son père achetait à sa mère, un carré de soie, de cette soie lourde, de la plus belle facture, donc cher ! Le prix d’un foulard, à l’époque, était de 100 Francs. Alice avait compris que, ce qui lui importait, était de traiter sa mère, en déesse, de la faire rêver. La tête d’ Alice arrivait à peine au haut de la vitrine et son regard oscillait entre la vendeuse et les yeux noirs de son père. Alice restait muette lorsqu’il achetait le même foulard, à plusieurs reprises.

Ensuite, ils allaient chez FAUCHON, où il achetait les mets les plus raffinés. Il dépensait au moins 100 francs.

Son père, alors, la faisait remonter dans la JAGUAR en lui disant : Tu gardes la voiture, ne bouge pas, je reviens !

Entourée de tous ces cadeaux, Alice restait seule, enfermée dans la JAGUAR, qui était garée rue de Sèze. Elle ne savait pas combien de temps, il se passait, mais cela lui semblait durer une éternité. Alice n’aimait pas cette rue, où des néons scintillaient, flashaient au dessus des portes, où des femmes étranges semblaient être plantées sur le trottoir, attendant elle ne savait pas quoi. C’était le moment le plus désagréable de la semaine. Lorsque enfin, son père revenait, il lui posait toujours la même question avec un large sourire : “Tu as été sage ?”

Alice ne savait que répondre, désemparée. Et lui, avait-il été sage ? Voilà la question qu’elle se posait alors.

Avant de remonter l’avenue des Champs-Elysées, en JAGUAR, de prendre la pente de ce parking souterrain, de garer la JAGUAR et d’aller au DRUGSTORE PUBLICIS, où son père s’achèterait quelques livres et magazines, Alice savait qu’ils feraient un détour par le magasin de jouets au “TRAIN BLEU”, où son père ne manquerait pas de lui offrir, ce qui lui ferait plaisir.

Mais Alice avait tant, qu’aucun jouet ne lui faisait plaisir. Et comment avoir du plaisir, alors qu’elle savait au plus profond d’elle-même, que ce n’était pas pour lui faire plaisir que son père l’emmenait avec lui à Paris. Alice était un alibi, pour qu’il s’offre du plaisir.

Ce qui lui faisait plaisir “AU TRAIN BLEU” était de montrer du doigt, un jouet cher, à la hauteur de son déplaisir, de cette attente interminable, rue de Sèze. Son père la sous-estimait. Les enfants comprennent tout et surtout lorsqu’on se joue d’eux.

Ils rentraient pour diner. Alice était traitée en grande personne, puisque le jeudi, elle dinait avec ses parents.

Mais ce qui rendait Alice le plus perplexe, ce qui taraudait son esprit, ce qui lui nouait le ventre, l’empêchait de dormir, était de voir son père, le dimanche, déposer dans la corbeille, lors de la quête à la messe, un billet de 500 francs.

Sans pouvoir en parler à quiconque, Alice faisait les comptes, se demandant, combien d’argent son père avait dépensé rue de Sèze, pour qu’il récompense sa femme, sa fille et Dieu de tant d’argent ?

Pourquoi tout semblait avoir un prix, y compris l’amour qu’un père porte à sa fille ?

E.N.F.A.N.C.E.

Je tire de l’enveloppe une lettre de ma mère me souhaitant la bonne année. Mais il n’y avait pas que cette lettre dans l’enveloppe. Une photo aux bords jaunis m’entraîne à rebours, venait réveiller ma mémoire.

J’étais sur la plage, à marée basse, en larmes au bord de la mer. Je porte un bermuda en laine avec des rayures bleues et blanches. Mes jambes chétives flottaient dans ce bermuda. Mais mon regard se déplace vers le bas de la photo, pour atteindre le sol qui n’est que  sable. Mon pied droit, à gauche donc sur la photo, est nu. J’entends les rires de mon frère et de ma mère. Mon désarroi est immense.  Je n’ai plus qu’une chaussure.

Je frotte mes yeux emplis de larmes. J’ai glissé sur les rochers couverts d’algues. Je me suis retrouvée à terre, au sol.

Ma hotte remplie de crevettes s’était ouverte. Le courant les a libérées. Dans ce tumulte, ce chaos, j’ai perdu ma tong jaune. Avec le manche de l’épuisette, je remue l’eau sableuse, soulève le varech cherchant cette trace jaune, jaune comme le soleil, jaune comme le citron des biscuits que faisait pour moi ma grand-mère ; Ces tongs toutes neuves, me procuraient un sentiment de liberté. Elles étaient un désir assouvi, un interdit bravé. Pour arriver à mon dessein, j’avais accompagné mon père au marché. Le stand de tongs était bien là.

-Quelle couleur te ferait plaisir ? Le jaune était ma couleur préférée.  J’avais enfilé aussitôt les tong tant désirées. En rentrant à la maison, ma mère avait crié. Tu passes tout à ta fille. Quelle honte, des tongs, des chaussures en plastique, des chaussures de pauvres !

Je les arborais fièrement, devant ma mère. Je me méfiais de ma mère.  Le soir, au lieu de laisser mes chaussures sacrées en bas de l’escalier, je les prenais avec moi et les rangeais religieusement sous le traversin. Impossible de trouver le sommeil, je vérifiais à intervalle régulier, la présence de ces plastiques sacrés. Car j’avais peur que ma mère ne me les soustraie durant mon sommeil,

Me revoici sur la grève, j’avais eu beau remuer la mer, la terre, je n’avais pas pu retrouver ma tong perdue.

La honte et un immense désarroi m’avaient envahie lorsque ma mère avait immortalisé la scène avec l’appareil photographique. Les éclats de rire fusaient lors des projections de photos familiales, dominicales. Avec la disparition de ma chaussure, ma mère avait marqué un point en quelque sorte, avait gagné. J’avais le mal de mer.

Exposition vente de photos au profit de Solidarité Enfance Asie

Bonjour,

Nous vous invitons à découvrir une sélection de photographies sur le thème « Enfants du Népal ». Le vernissage aura lieu le jeudi 7 novembre à partir de 18h. 

Une partie de la vente des photographies, sera versée au profit de Solidarité Enfance Asie (SEA). Ces photographies ont été prises par Elias SFAXI, lors de son séjour à Katmandou, en avril et mai 2013, au sein de notre petite association Solidarité Enfance Asie

Elias a eu l’opportunité de faire de très jolis clichés d’enfants népalais et de leur environnement (Home, Ecoles à Katmandou, Ecole publique Shree Liti à Dhading, ..).

Si vous ne pouvez pas venir au vernissage, l’exposition dure jusqu’au 22 novembre, à l’atelier Sfaxi,  22 rue de l’exposition, 75007 Paris (Métro Ecole Militaire)

Venez nombreux !

Bien amicalement,

Carole, sea-nepal.org

Invitation-SEA-07112013

La pâtisserie des rêves

Il faut vivre ses rêves. Voici une bonne raison de prendre la tangente, de faire un pas de côté, d’entamer une circonflexion rue du Bac. C’était, comme si j’avais devant moi, à hauteur de mes yeux, de mes papilles, suspendue à un un fil tenu par un magicien, l’image les gâteaux de P.Conticini.

Située 93 rue du Bac, entre la rue de Varenne et la rue de Babylone, la pâtisserie des rêves, vous invitera au voyage, vous transportera immédiatement dans votre enfance …

Je me suis pâmée d’admiration, devant les accents circonflexes de la Pâtisserie des rêves. Je suis sage comme une image. Et d’ailleurs, ce qui frappe en franchissant le seuil de la pâtisserie sont les fils qui tombent du ciel pour illuminer la piste aux étoiles, ce pays imaginaire :  les gâteaux, les pâtisseries semblent s’animer et littéralement s’offrir en spectacle, danser !

Patisserie des reves-rue du bac

Pâtisserie des rêves -97 rue du bac 75007

Trois bonnes raisons plus terriennes pour vous y rendre et vous rendre :

1/ Les énormes madeleines fondantes de Philippe Conticini m’ont accompagnée dans ma lecture de la recherche du temps perdu …. INCONTOURNABLES madeleines pour les adorateurs de Proust.

madeleine-pâtisserie des rêves

2/ La tarte au citron meringuée est la meilleure que j’ai pu trouver à Paris ! Un délice, un triptyque puissamment équilibré entre pâte sablée croquante à point, crème au citron équilibrée, riche en parfum, et meringue fondante.

Tarte au citron meringuée - La pâtisserie des rêves

3/ Le grand cru au chocolat noir, tour à tour fond dans la bouche, croustille, … A déguster à température ambiante pour que le chocolat noir développe tout son arôme. Pas facile de réussir un gâteau au chocolat qui égale ceux de la Maison du Chocolat.

*****

Philippe Conticini, pâtissier fondateur sait nous ensorceler avec les couleurs acidulées de sa boutique et tout particulièrement le rose bonbon très prégnant. Ses emballages, les sacs en papier rose vous plongent immédiatement dans le monde de l’enfance.

Ce voyage, ces rêves favorisent sûrement l’amplification des arômes et des parfums d’enfance et rendent encore meillleures ces pâtisseries oniriques, mais bien terriennes.

La pâtisserie des rêves mérite bien sa place sur les sentiers du plaisir.

Bleu Miel

Afin de me préparer aux longueurs estivales, à la natation, je prenais un solide petit-déjeuner, dès 7 heures.

Seul repas quotidien, il se composait de thé, de citron et de pain tendre. Quelle idée de se rendre dans deux pays où le thé ne se boit pas. Les hôtels les plus luxueux comme les cafés les plus modestes servent invariablement une tasse d’eau tiède avec à côté, un sachet jaune de thé “Lipton” qui noircit vite mais ne dégage aucune saveur. Les rondelles de citron, telles des astres solaires, l’éclaircissent et rendent ce thé, au moins, acidulé.

Le petit pot de miel posé dans la corbeille de pain en Italie ou, le miel en barre du Chouf libanais, attiraient mon regard. Mes yeux naviguaient du jaune doré vers le bleu de la mer, du ciel  et se perdaient. Je voyageais alors à rebours dans un monde bleu.

*****

Ses yeux bleus et doux me regardaient, me caressaient, m’apaisaient. Ses cheveux gris sont tirés vers l’arrière. Je posais ma joue contre sa blouse bleue de ménagère, à hauteur de son sein. Je voyais ainsi son petit bouton, ancré sur son menton. Sa blouse sent l’odeur de sa maison, l’odeur des vacances.

Une odeur que je n’oublierai jamais et que j’humais, je cherchais dès que je franchissais la porte d’entrée. Ma grand-mère sortait de la salle à manger, et je sautais dans ses bras, dans la cuisine où un feu de cheminée réchauffait nos coeurs, plus que la froidure de l’hiver.

Elle ne mangeait pas grand chose ma grand-mère. Elle grignotait, picorait comme un oiseau. Elle adorait les pastilles Vichy au citron et le miel avec lequel elle sucrait sa chicorée, son tilleul.

*****

Enfant, j’allais pour Noël lui acheter, un pot de miel. Je n’allais pas n’importe où. Seule, la Maison du miel me semblait digne pour le palais de ma grand-mère.

Pour cela, j’allais rue Vignon, dans un magasin d’antan, tenu par de vieilles dames. La maison du miel avait une large vitrine, avec les lettres peintes en or, sur le fond bleu. Un comptoir tout bleu, trônait au milieu des vitrines. Le sol était recouvert de carreaux bleus et blancs. Certains représentaient une abeille.

Sur les étagères étaient disposés des pots de miel du monde entier. Cette boutique m’offrait un voyage à part entière. Je sillonnais la planète en regardant avec mes yeux tout ronds, le miel d’acacia de Hongrie, en passant à celui du Chouf libanais, puis au manuka de nouvelle-zélande.

Mais je retenais, je choisissais toujours le miel de lavande. La lavande, bleue, comme les yeux de ma grand-mère, bleue comme les pieds de lavande de son jardin. Ce miel venait de mon coeur.

Je n’avais pas grand chose en commun avec ma grand-mère. Casanière, elle ne quittait jamais sa cuisine, sa maison. Mais je comptais pour elle, et elle comptait pour moi. Elle me faisait exister. Son amour et son attention ont rendu mon monde à moi, cette planète, bleue comme une orange !

*****

Sans m’en rendre compte, alors que je lisais “L’orient Le jour”, j’avais dévoré la barre de miel, faisant fondre la cire au goût si particulier sur ma langue, et je regardais la mer bleue,  qui n’attendait que moi.

Le plagiste au polo bleu, me tendit mes deux serviettes bleu turquoise. Etait-il éthiopien ? Sa peau noire, ses traits fins conféraient à son visage un port altier. Son oeil gauche, malade, rouge, voire mort, lui donnait un regard que je ne savais capter.

Textes protégés par Copyright : 2010-2012 © Swimming in the Space