Triptyque Alma, sur fond d’Adagietto de Mahler

En bandeau de ce texte, un triptyque: Alma Mahler, Alma de Phantom Thread (Vicky Krieps) et la jeune Alma de Foxtrot (Shira Haas).

Je ne cesse de croiser des “Alma” depuis quelques temps !

Cela a commencé par la jolie et déterminée Alma, héroïne du film Phantom Thread, qui arrive à inverser étonnamment en sa faveur, le rapport de force dans le couple qu’elle forme avec Daniel Day-Lewis.

Puis est arrivé Gustav Malher, grâce à Curzio Malaparte et sa Casa où a été tourné le Mépris. Georges Delerue s’est en effet inspiré de Gustav Mahler et de son célèbre Adagietto (4ème mouvement de la 5ème symphonie de Mahler), pour le thème  de Camille du Mépris) … Ces airs lancinants et lents, hantent mes jours et mes nuits…

L’ombre d’Alma Malher est donc naturellement arrivée et se rapproche de moi via sa biographie écrite par Françoise Giroud en 1987 : Alma Mahler ou l’art d’être aimée, retrouvée par hasard en rangeant ma bibliothèque.

Puis, j’ai reçu cette transcription pour piano solo, de cet adagietto de la symphonie n5 de Mahler par Alissa Firsova, jeune pianiste russe, dont l’interprétation est splendide et émouvante.

Je l’écoute en boucle en alternant avec la musique du Mépris de Georges Delerue pour regarder mes photos de la Casa Malaparte…

Et pour finir, j’ai vu hier ce film israélien Foxtrot où cet adagietto de la symphonie de Mahler surgit en plein milieu du film. Il se trouve de surcroît, que la fille du personnage principal, qui joue un rôle minuscule, s’appelle également Alma … Que de coïncidences donc…

L’adagietto est également la musique du film Mort à Venise de Visconti, qui a contribué à rendre ce morceau très célèbre. Cet adagietto, très lent est empreint de douleur mais également d’amour : Mahler aurait écrit peut-être ces mots pour Alma et célébrer son amour pour elle, mais un doute subsiste quant à l’auteur de ce poème.

Wie ich dich liebe, Du meine Sonne,
ich kann mit Worten Dir’s nicht sagen.
Nur meine Sehnsucht kann ich Dir klagen und meine Liebe.

 

IMG_2414.jpeg

*****

Thème de Camille du Mépris par G.Delerue : même lenteur, musique lancinante, comme celle de l’Adagietto de la symphonie N°5 de Mahler

 

Quelques interprétations intéressantes de cet adagietto : 

Interprétation de Bruno Walter, ami de Gustav Malher :

Adagietto dans Mort à Venise (L.Visconti) 1971



Transcription et interprétation d’Alissa Firsova pour piano solo : jeune pianiste talentueuse, d’origine russe :

Textes protégés par Copyright : 2010-2018 © Carole Darchy

 

 

 

 

 

 

 

2 thoughts on “Triptyque Alma, sur fond d’Adagietto de Mahler

  1. Bonne idée que d’avoir ajouté la possibilité de commenter. :) Puisque vous évoquez indirectement Capri et Venise, on pourrait aussi dire que l’Italie reste pour certain(e)s une alma mater des arts encore aujourd’hui, ce qui nous fait quatre Alma.

  2. Merci pour la jolie référence latine et d’avoir apporté un peu de vie à cet espace d’écriture. Donc un quadriptyque !

Comments are closed.