Dis moi ce que tu caches au fond de ton coeur

Elle marche d’un pas vif. Les sandales claquent sur le trottoir. L’étoffe souple et longue, virevolte autour de son corps.

Jason dévale l’escalier et vient à la rencontre de la femme, prestement, comme un loup, en silence. Tout de noir vêtu, il la regarde gravement.

De sa main gauche, il attrape le foulard. Le drapé de soie file entre ses doigts. L’étoffe crépit, se froisse, se crispe. Un clac résonne : le foulard est tendu.

Avec ses bras, Jason l’embrasse doucement. L’étoffe recouvre ses paupières. Jason approche sa bouche et  murmure à l’oreille :

« Ton visage serait-il un miroir ? Dis moi ce que tu caches au fond de ton coeur. »

M.Monroe, 1957 – Richard Avedon

Le tissu est tendu contre ses paupières. Elle a laissé faire Jason. Devant elle, s’étale un paysage de silence. Le bruit de la rue a disparu. La voix basse de Jason est nette, claire. Dans le noir, les sens s’éveillent. Le temps se ralentit. Les repères ont disparu.

Jason termine son poème, envoûté par son parfum.

La passante, laisse filer le foulard. Un fragment de seconde se passe, elle goûte à la lumière ;  reprend sa marche, traverse la chaussée, et disparaît pour jamais au carrefour, en s’engouffrant dans la rue qui mène à la seine.

Textes protégés par Copyright : 2010-2012 © Swimming in the Space