Bleu Miel

Afin de me préparer aux longueurs estivales, à la natation, je prenais un solide petit-déjeuner, dès 7 heures.

Seul repas quotidien, il se composait de thé, de citron et de pain tendre. Quelle idée de se rendre dans deux pays où le thé ne se boit pas. Les hôtels les plus luxueux comme les cafés les plus modestes servent invariablement une tasse d’eau tiède avec à côté, un sachet jaune de thé « Lipton » qui noircit vite mais ne dégage aucune saveur. Les rondelles de citron, telles des astres solaires, l’éclaircissent et rendent ce thé, au moins, acidulé.

Le petit pot de miel posé dans la corbeille de pain en Italie ou, le miel en barre du Chouf libanais, attiraient mon regard. Mes yeux naviguaient du jaune doré vers le bleu de la mer, du ciel  et se perdaient. Je voyageais alors à rebours dans un monde bleu.

*****

Ses yeux bleus et doux me regardaient, me caressaient, m’apaisaient. Ses cheveux gris sont tirés vers l’arrière. Je posais ma joue contre sa blouse bleue de ménagère, à hauteur de son sein. Je voyais ainsi son petit bouton, ancré sur son menton. Sa blouse sent l’odeur de sa maison, l’odeur des vacances.

Une odeur que je n’oublierai jamais et que j’humais, je cherchais dès que je franchissais la porte d’entrée. Ma grand-mère sortait de la salle à manger, et je sautais dans ses bras, dans la cuisine où un feu de cheminée réchauffait nos coeurs, plus que la froidure de l’hiver.

Elle ne mangeait pas grand chose ma grand-mère. Elle grignotait, picorait comme un oiseau. Elle adorait les pastilles Vichy au citron et le miel avec lequel elle sucrait sa chicorée, son tilleul.

*****

Enfant, j’allais pour Noël lui acheter, un pot de miel. Je n’allais pas n’importe où. Seule, la Maison du miel me semblait digne pour le palais de ma grand-mère.

Pour cela, j’allais rue Vignon, dans un magasin d’antan, tenu par de vieilles dames. La maison du miel avait une large vitrine, avec les lettres peintes en or, sur le fond bleu. Un comptoir tout bleu, trônait au milieu des vitrines. Le sol était recouvert de carreaux bleus et blancs. Certains représentaient une abeille.

Sur les étagères étaient disposés des pots de miel du monde entier. Cette boutique m’offrait un voyage à part entière. Je sillonnais la planète en regardant avec mes yeux tout ronds, le miel d’acacia de Hongrie, en passant à celui du Chouf libanais, puis au manuka de nouvelle-zélande.

Mais je retenais, je choisissais toujours le miel de lavande. La lavande, bleue, comme les yeux de ma grand-mère, bleue comme les pieds de lavande de son jardin. Ce miel venait de mon coeur.

Je n’avais pas grand chose en commun avec ma grand-mère. Casanière, elle ne quittait jamais sa cuisine, sa maison. Mais je comptais pour elle, et elle comptait pour moi. Elle me faisait exister. Son amour et son attention ont rendu mon monde à moi, cette planète, bleue comme une orange !

*****

Sans m’en rendre compte, alors que je lisais « L’orient Le jour », j’avais dévoré la barre de miel, faisant fondre la cire au goût si particulier sur ma langue, et je regardais la mer bleue,  qui n’attendait que moi.

Le plagiste au polo bleu, me tendit mes deux serviettes bleu turquoise. Etait-il éthiopien ? Sa peau noire, ses traits fins conféraient à son visage un port altier. Son oeil gauche, malade, rouge, voire mort, lui donnait un regard que je ne savais capter.

Textes protégés par Copyright : 2010-2012 © Swimming in the Space