Vertiges

Je ne sais comment exprimer cette distance que je prends vis à vis de ma vie, cette distance qui semble devenir un gouffre.

Tout me semble vague et diffus. Ma mémoire s’efface, ma souffrance devient moins rugueuse. Je suis à l’orée de la dernière phase de ma vie. L’angle de ce second versant s’accentue, accélérant le pas, puis la chute.

Mes rêves et cauchemars se répètent et enchevêtrent les histoires où je tourne en rond, je cherche en vain mon chemin. Les scènes anxiogènes vont et viennent. Je butte contre le mur de l’absurde. Je n’arrive pas à trouver le passage. Je tourne en rond sur la Place de l’Etoile, sur les rocades de Hong Kong et me retrouve sur le rouge Golden Gate.

La structure métallique, la hauteur, la brume, le flux des voitures me donnent le vertige. Je déploie d’immenses efforts pour tracer ma route.

Je suis perdue, égarée.

Me voilà pour finir dans un asile de fous, emprisonnée à jamais.

Textes protégés par Copyright : 2010-2012 © Swimming in the Space