De la difficulté de se loger à Paris

C’est bien joli d’avoir vendu mon appartement, mais avant d’en racheter un autre, il va me falloir trouver un logement temporaire, une location.

Entre mon travail, les pages d’écriture, les soucis, l’exercice relève des plus hauts sommets de la planète, car le temps me manque cruellement.

*****

Pour faciliter les choses, je me suis confectionnée un dossier avec tous les éléments requis, pour attester du sérieux de ma personne et convaincre le propriétaire ou l’agence de la qualité de mon dossier.

J’ai un niveau d’exigence élevé, et n’ai pas envie de vivre dans un environnement moins agréable, que celui auquel je suis habituée.

Avec quelques critères de recherches, je trouve peu d’appartements à louer.

Les prix des locations sont exorbitants, mais je préfère payer un peu plus cher un cadre de vie agréable, plutôt que de sombrer dans l’abîme du désespoir, de manière irréversible. J’ai le privilège de me le permettre.

*****

J’ai pu visiter cinq appartements : Aucun n’a eu grâce à mes yeux : trop exigu, ou sombre, ou loin du métro, ou pas propre, ou bruyant, ou sans rangement, ou avec de la moquette, incompatible lorsqu’on a deux chats. Tous avaient un gros défaut.

Compte tenu de ce temps qui me manque, j’ai déposé un dossier de candidature pour deux qui me semblaient relever du compromis : un appartement sans rangement, et un avec moquette (mes chats feraient leurs griffes dessus, tant pis….)

J’ai été scandalisée par le caractère intrusif des documents demandés : Attestation de sécurité sociale, déclaration d’impôt sur le revenu pré-remplie, ….mais j’ai déposé mes deux dossiers de manière exhaustive. A quoi ces informations peuvent-elles servir pour louer un logement alors que vous fournissez déjà votre avis d’imposition sur trois années ?

Ne recevant pas de nouvelles des agences, je les ai appelées : Malgré mes revenus mensuels qui étaient 4 fois supérieurs au loyer demandé, les agences me demandent explicitement une caution parentale : J’explique qu’à 48 ans, cela me semble incongru de demander une caution à un cadavre ou à une retraitée sans retraite !

L’agent immobilier requiert alors une caution bancaire.

Les bornes sont dépassées : je dis clairement non. Je reçois alors en retour un refus de location. Les appartements sont toujours non loués.

*****

Je scrute les petites annonces, m’inscris sur les sites immobiliers pour être avertie dès qu’une location correspondant à mes critères se présenterait … Je n’ai reçu aucun mail depuis quatre jours.

*****

Je pense que je vais finir par trouver. C’est d’ailleurs assez stimulant de tout quitter, de ne pas savoir où je vais atterrir. Je vois néanmoins cette fois ci, poindre une lueur d’inquiétude, compte tenu du temps qui me manque et de ma fatigue intense.

Vais-je finir à la rue ?

*****

Cela m’a rappelé cette humiliation, que mon père m’a fait subir enfant : Oui, vais je finir à la rue, comme mon père m’y avait mise quelques minutes, à la nuit tombée, à l’âge de 4 ans, uniquement parce que je lui avais répondu, j’avais manqué de docilité ?

Par magie, le soleil a traversé la vitre et a chassé ce mauvais souvenir. J’ai caressé mes chats, pris mon moleskine, et suis partie marcher au Jardin des Tuileries.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space