Trop plein

Hier matin, en ce 6 avril,  j’ai reçu, alors que j’étais dans le métro,  une fois de plus, cette newsletter ;

Pourquoi persister à m’envoyer cette lettre qui m’humilie, alors que je me suis clairement désabonnée, déjà deux fois ?

Il a éventré mon écrit, m’a désintégrée, m’a bannie de son monde, puisque je suis une personne sans qualités, exactement comme le sont mes mots.

Mon écrit contamine, salit celui d’autrui.

J’ai parfaitement compris l’intolérance que ma personne et mes écrits provoquaient.

Je respecte le choix de chacun, a fortiori, lorsque c’est l’autre qui annihile et bannit.

Je sais, être discrête, me taire, ne plus exister, être morte, disparaître.

Pourquoi faudrait-il que je lise, alors que j’ai été tuée, et réduite au silence ?

Comment une femme sans qualités, pourrait-elle lire, apprécier son écrit ?

Je ne mérite pas ce monde et j’en ai pris mon parti : je l’ai rayé de ma géographie. Je l’ai soigneusement découpé et laissé partir en orbite.

Lire sans écrire, m’est IMPOSSIBLE.

Il faudrait que je n’ai aucune dignité.

Je porte la dignité des êtres blessés, de ceux dont les écrits et la personne ont été détruits.

Je ne demande que la suppression de mon adresse e-mail de cette newsletter.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space