Sollicitude en rouge

Cette photo prise en Californie, remonte à un voyage qu’il m’a été nécessaire de faire : Aller à San Francisco, depuis Tokyo.

Joindre ces deux « O », traverser cette étendue d’O, d’eau qu’est le Pacifique. Survoler cet océan, en prendre la mesure, prendre le temps de jauger ce Pacifique immense.

Aller à la conquête de l’ouest américain, à l’envers, depuis l’Ouest et non l’Est.

Se perdre dans le temps, raccourcir sa journée au point d’en minimiser une pour sauter au jour suivant !

Cette déambulation sur les côtes au nord de San Francisco pour retrouver l’endroit où avait été tourné les « oiseaux » d’A.Hitchcock, avant de rejoindre au sud de San Francisco, le lieu du tournage de « Vertigo ».

Cette idée était venue se planter en moi, comme une idée fixe, pour me quitter à tout jamais, une fois seulement, le désir assouvi.

Cette photo m’a beaucoup émue, car improbable, tout comme ce voyage rêvé et fou !

Prise au nord de San Francisco, j’ai aimé

– les deux personnages habillés quasiment de la même façon : ce rouge des deux vestes est splendide face au gris du Pacifique, de la côte découpée à proximité  de San Francisco. Les couleurs des chapeaux de ce couple se fondent dans les couleurs du paysage.

– la finesse des doigts de cette femme qui tient ces deux chapeaux, avec délicatesse.

– la douceur et la prévenance ; La sollicitude de ces bras qui se croisent.

– Mais, ce que j’ai trouvé de plus beau, de fort dans cette image improbable, est l’anonymat de cette photo. Leur regard était captivé par la vue de baleines et baleineaux, dans ces eaux froides de Californie.

Mais d’ailleurs est-ce un couple ?

La magie de cette photo tient au fait,  que nous soyons côté pile et non côté face.

Les visages sont inconnus et c’est justement cela qui est fabuleux, étonnant : ne pas voir ces deux visages.

Cet anonymat confère à cette photo, un caractère « universel » qui :

– grave l’émotion de cet accident du temps et de la géographie,  sur les stries de notre mémoire,

– et statufie les deux personnages, ces personnes, personne et n’importe qui,  pour l’éternité.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space