Un mot

J’avais acheté ce livre, ce poème, pour son format si délicat, mais surtout pour son titre qui se contredisait : il y avait deux mots et non un.

En fait, j’avais acheté les deux seuls exemplaires disponibles, un pour moi et un pour lui. Je n’avais pas choisi les N° car il s’agissait d’une édition originale, à la numérotation limitée.

Son livre portait le N°6 et le mien le N°9.

Il ne cessait de me dire que je nourrissais son imaginaire érotique  ; cela tombait bien. Ces deux exemplaires, ces deux mots, s’accouplaient parfaitement.

Il est parti avant que je puisse lui offrir, pour l’anniversaire de notre rencontre.

*****

Adaptation personnelle du poème de G.Puel :

Quand tout semble dit,

En cet instant de pur poème,

Une pensée jaillit, qui défie l’indicible.

Ce n’est qu’un mot, il défaille, il s’étiole,

Mais il défait l’accord d’un pli.

Pourquoi dès lors  se trouble tel sens, qui restait si vague ?

Pourquoi moi, la Discrète, m’affirme, si vivante

M’exaltant en silence, en ce lieu de grammaire et d’exil ?

Langue impure !

Face à la ruine, dans la ruine, dans ce fragile équilibre,

Sur cette fine ligne, entre plénitude et néant,

Je demande un béquet, j’appelle ce mot

Qui statufie l’Absent, puis me ruine,

Balayant mon parfum, mon étoffe, mon fil.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space