Table des Matières

L’écrivain appuyé sur sa table, effectue son labeur. C’est une nécessité. L’écriture est inhérente à sa personne.

Il déverse sa matière, sa pensée, son fil ; il laisse couler l’encre ; les mots se forment, les phrases s’écrivent, s’enchaînent. Comme un métier à tisser une étoffe ?

La matière, la table, l’enchaînement, n’amènent-ils pas aussi, peut-être, pourquoi pas, à l’idée de la table des matières ?

Ce lieu se livre à ceux qui y passent, mais sous un autre angle de vue, il y a le livre qui se délivre, se délie, se déplie, se déboucle.

Ce livre, invitation au recueillement, au voyage, à la réflexion.

Ce livre de plusieurs livres, en apesanteur, dont :

  • le lecteur ne peut toucher les feuilles, n’égrène pas les pages,
  • les pages se défilent de ses mains, tel du sable.
Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space