Think out of the box

Avec toutes ces boîtes qui défilent devant moi, comment ne pas penser à cette expression anglo-saxonne « think out of the box »? Ce recul, cette distance qui permettent de voir, regarder, penser avec une autre perspective, sous un autre angle, se détacher des contraintes qu’on s’impose.

J’ai lu ces mots comme on nage dans une piscine, une piscine de David Hockney. De la piscine, je suis sortie pour rejoindre l’océan, mon regard s’est alors orienté vers le ciel, et m’a attirée vers l’espace.

Exactement comme lorsque je navigue sur Google Earth. Avec quelle rapidité, les formes se déforment, se transforment pour se lire différemment. Google Earth nous arrache à la matrice, nous affranchit de l’attraction terrestre et nous fait porter un autre regard vers cette terre ou ailleurs.

« Think out of the box » est un état d’esprit, voire davantage. C’est l’expression de la liberté qui rend possible cet autre regard, cet état créatif, la construction.

Aux échecs, la bataille ne se gagne-t-elle pas souvent en dehors de l’échiquier, ailleurs, dans la partie mentale?

De même, je suis en état de résistance, à la lecture d’un tableau avec des lignes et colonnes, persuadée que son initiateur m’installe dans la boîte, réduit ma pensée & donc va me conduire à omettre l’évidence. Le point clé est en dehors de la boîte.

Pour continuer sur la boîte, j’ai pensé au film des frères Coen : Barton Fink.  Ma mémoire a travaillé. Comment ne pas se souvenir de l’atmosphère anxiogène du film? J.Turturro inerte, passif devant sa page blanche, ne quittant pas ses figures imposées, prisonnier des murs de sa chambre, aveugle devant le manège d’Hollywood & la folie de son voisin.
Et puis, de ma mémoire a émergé une pièce effacée. Il y avait un paquet dans ce film, une boîte contenant une tête ?

Comme ma mémoire forme et déforme, je n’ai pu m’empêcher de revoir le film. Cette boîte offerte à Barton Fink par son voisin serial killer, déclenche sa capacité à écrire ce scénario voué d’avance à l’échec. J.Turturro regarde cette boîte, comme on pourrait regarder la terre & il ne s’en séparera plus, jusqu’à la fin du film.

Enfin, pour quitter la boîte, ouvrir la pensée, je pense à un voyage, à un tour du monde, tel un aller-simple ou un aller simplement, lentement, comme le dessin de la lettre S
Certains attendraient un cercle parfait la lettre O, ou le 0 ou le ∞, comme un tour du monde infini, dans un certain sens.

Mais ce S offre deux arrondis, détours qui s’ouvrent vers…, des voies imprévues, donc un tour du monde idéal (je ne sais pas), mais assurément un tour du monde en construction, inattendu, donc un chemin de vie.

Textes protégés par Copyright : 2010-2011 © Swimming in the Space